Des nouvelles

« Une réforme vigoureuse du système de l’information est urgente »

Tribune. Uchronie : nous sommes au début des années 1970. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) vient de publier son énième rapport. Le climat est depuis le début de la décennie celui que nous connaissons nous-mêmes depuis 2018. Les événements extrêmes s’affolent.

Après le coup de semonce du GIEC, la publication du premier rapport de l’IPBES (Plate-forme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques) sur la chute des populations d’insectes et celle du rapport Meadows sur la raréfaction des ressources, suscitent un immense écho international. La Communauté européenne adopte le plan Mansholt de décroissance de la zone, juste avant la tenue d’une COP à Bonn (Allemagne).

Pourquoi un déphasage de quelques décennies entre évolution des sociétés et dérèglement climatique aurait probablement permis ce que nous sommes incapables d’apporter aujourd’hui, soit une réponse vigoureuse ? Pour influer sur le quotidien et gouverner avec les citoyens, il faut être global (à l’échelle locale des choses se font, mais elles ne constituent que des micropoches). Or, au global, se pose actuellement le problème de la réception d’informations utiles et pertinentes.

Darwin et Einstein vs Musk et Bezos

Qu’en était-il dans les années 1970 ? Il n’existe alors ni Web, ni réseaux sociaux, seulement quelques chaînes de télévision publiques, avec peu de publicité. Pas de concurrence entre des chaînes marchandes. S’y ajoutent quelques radios. Les médias sont donc généralistes, ils s’adressent à toute la société. Ils construisent ainsi au quotidien un monde grosso modo factuellement commun. Pas de niches en termes d’âge, d’opinion, etc., et un complotisme marginal, contrairement à la situation en 2022.

A l’époque, les scientifiques en imposent encore, et les héros populaires sont Darwin et Einstein, et non des hommes d’affaires, à l’instar de Musk et de Bezos aujourd’hui. Enfin, le clivage Est-Ouest permet un cadrage lisible et partagé des grandes options idéologiques. Le poids cumulé des données scientifiques sur l’état de la planète eut été tout autre. A contrario, il suffit de regarder la façon dont l’information est traitée dans le tout récent film Don’t Look Up… pas même une parodie. La trajectoire d’une comète menace la Terre de destruction, l’information est tournée en dérision, des forces politiques encouragent les citoyens à ne pas regarder le ciel !

Lire aussi Crise de confiance et perte d’intérêt : les Français restent critiques envers les médias

Autre raison, la proximité dans les mémoires de la nature sensible, des paysages traditionnels, du monde animal domestique ou sauvage. Les hommes au pouvoir dans les années 1970 ont en effet connu la France précédant le remembrement avec ses campagnes traditionnelles, et même celle d’avant les « trente glorieuses ». L’idée que cette nature puisse être détruite rapidement y aurait eu une tout autre résonance que pour des générations nées au milieu d’artefacts, entre béton et écrans.

Réduire les effets pervers

J’en veux pour preuve l’amour des arbres de Pompidou, sa sensibilité à la « précarité de notre univers terrestre », et sa défense d’une « morale de l’environnement ». Les autoroutes et la vitesse d’un côté, les départementales bordées de platanes et les paysages de l’autre. Plus généralement, pour cette génération, l’idée que la modernité puisse nuire au bien-être, à son fondement naturel et paysager, était inaudible. Or, c’est précisément ce qu’elle aurait été contrainte de ressentir avec le déphasage que je propose. Je gage que la prise de conscience eut été effective. De toute évidence, nous, nous ne ressentons désormais plus rien.

Alors que faire pour réduire les effets les plus pervers de la fragmentation du paysage de l’information ?

A minima, une réforme vigoureuse du système de l’information avec, en premier lieu, une Agence européenne indépendante de l’Internet, sur fonds publics, se substituant à Google et à YouTube, rendue obligatoire pour tous les services publics européens, avec des algorithmes transparents et disponibles ; secundo, la fin de l’anonymat sur les réseaux sociaux pour les individus, et une identité existant hors réseau, identifiable, pour les personnes morales ; tertio, pour les chaînes publiques, l’obligation d’afficher systématiquement les compétences de ceux qui s’expriment, à savoir la formation, la fonction et les sujets étudiés (livres, articles, rapports, enquêtes). Enfin, instituer une commission de déontologie concernant l’information diffusée par les chaînes commerciales avec droit d’objection et demande des sources sur les plateaux.

Dominique Bourg est philosophe, professeur honoraire à l’université de Lausanne (Suisse), spécialiste des questions environnementales. Il est coauteur du manifeste Retour sur terre. 35 propositions (PUF, 2020).

« Place de la République » à Lyon | Une journée de débats sur la notion de république et citoyenneté

Le Monde organise le samedi 22 janvier 2022, à l’Hôtel de ville de Lyon, une journée de conférences, débats et ateliers sur les enjeux de république et de citoyenneté en France.

Entrée gratuite sur inscription depuis ce lien

« Place de la République » | Conférences, débats, ateliers
Le samedi 22 janvier, de 10 heures à 17 h 30
Hôtel de ville de Lyon, 1, place de la Comédie, 69 001 Lyon
lemonde.fr/placedelarepublique

Cet article est réalisé dans le cadre de l’événement « Place de la république » en partenariat avec la Ville de Lyon.

Source link

Related Articles

Leave a Reply

Back to top button